Chronologie d´attentats terroristes en algerie

source::::http://www.geneva-link.ch/troubles/

"Le terrorisme naît de la solitude, de l'idée qu'il n'y a plus de recours, que les murs sans fenêtres sont trop épais, qu'il faut les faire sauter"
(Albert Camus)

(Reuters 22.3.2005) Selon le Premier ministre Ouyahia, 17'000 membres de groupes armés islamistes ont été tués par les forces de sécurité algériennes de 1992 à mars 2006.

(Liberté, L'Actualité, El Watan 27.10.2002) Selon le général Maïza, chef d'état-major de la Ière Région militaire, le nombre de victimes du "terrorisme" en Algérie de 1992 à 2000 serait de 37'000 personnes tuées et 30'500 blessées. Ces chiffres, sensiblement plus bas que ceux évoqués par la plupart des autres sources (y compris le président Bouteflika, qui évoquait il y a deux ans le chiffre de 100'000 morts) ne comprendraient pas les membres, réels ou supposés, des groupes armés tués par les forces de sécurité (15'200 selon le général Maïza) ni évidemment les civils tués par ces mêmes forces de sécurité. Pour le général, le "pic de nuisance" des "actes terroristes" a été atteint en 1996, lorsque les groupes armés s'en sont pris "aux populations dans les zones semi-urbaines ainsi que dans les faux barrages, commettant des massacres collectifs".

(MAOL 9.5, AFP 11.5.2002) Selon le MAOL (Mouvement algérien des officiers libres), le nombre de victimes de la violence en Algérie depuis dix ans "tourne autour des deux cent cinquante mille".

De 1992 à 1994, 128 attentats à la bombe ont été enregistrés.
 En 1995, 1096 attentats à la bombe fait 176 morts et 778 blessés. 
En 1996, 922 attentats à la bombe ont fait 324 morts et 1697 blessés. 
En 1997, 1385 attentats à la bombe ont fait 259 morts et 1126 blessés. 
En 1998, 2864 attentats à la bombe ont fait 575 morts et 2289 blessés. 
En 1999, 1346 attentats à la bombe ont fait 226 morts et 1120 blessés. 
En 2000, 559 attentats à la bombe ont fait 240 morts et 941 blessés. 
En 2001, 245 attentats à la bombe ont fait 72 morts et 494 blessés.

 

(Quotidien d'Oran 25.10.2000) De 1994 a mi-2000, date de leur création, les gardes communales auraient eu 1207 de leurs membres tués et 2025 blessés.

Selon Habib Souaidia, le nombre de morts de janvier 1992 à la mi-1995 a été d'environ 50'000, dont plus de 40'000 civils, dont le plus grand nombre auraient été tués par les forces de sécurité. Pendant ces trois ans et demi, les forces de sécurité auraient perdu 4000 hommes et les groupes islamistes armés environ 2000.

(AFP 27.6.99) Le président Bouteflika a déclaré le 26 juin à Crans-Montana que la violence en Algérie avait fait 100'000 morts depuis 1992, ce qui correspond aux estimations des ONG mais dément les chiffres officiels donnés jusque là par les autorités algériennes, qui s'en tenaient à 30'000 tués. Depuis l'élection d'Abdelaziz Bouteflika, mi-avril, plus de 250 civils et militaires auraient été tués. (Canard Enchaîné 21.6.2000, CSSI) Selon le "Canard Enchaîné", le président Bouteflika, répondant à une question posée lors d'une rencontre "en petit comité", le 16 juin, avec "la fine fleur de la presse française" (Jean-Pierre Elkabbach, Catherine Nay, Michèle Cotta, Bernard Guetta, Hervé Bourges, notamment), aurait déclaré que "le bilan du terrorisme n'est pas de 100'000 morts, comme lui-même l'avait dit, "mais de 150'000", ajoutant que "les services de sécurité n'aiment guère que j'en parle".

(Reuters 22.1, AFP 23.1) Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a déclaré le 21 janvier 1998 que la violence avait fait 26'653 morts ("civils ou membres des forces de sécurité", sans compter donc les membres des groupes armés islamistes ou réputés tels), et environ 21'500 blessés, de 1992 à 1997. C'était la première fois depuis janvier 1992 que le gouvernement algérien avançait un bilan chiffré du conflit. Selon le Premier ministre, qui s'exprimait au Parlement lors d'une séance extraordinaire, le nombre d'attaques terroristes a fortement diminué depuis 1995 et les chiffres donnés par les milieux diplomatiques étrangers et les organisations internationales des droits de l'Homme (de 65'000 à 120'000 morts selon les sources) sont exagérés.

(DW, Le Matin du Maroc 26.2) Le Président Bouteflika a évalué, dans un discours devant des cadres de la centrale syndicale UGTA, à 150'000 le nombre des victimes du "terrorisme" en Algérie depuis 1992, et à 30 milliards de dollars le coût des dégâts sur les infrastructures économiques et sociales. Le dernier bilan évoqué par le président Bouteflika date de plusieurs années, et faisait état de 100'000 morts et de 20 milliards de dollars de dégâts.

(Le Quotidien d'Oran 3.11.2003) Selon le ministère français des Affaires étrangères, qui se base sur les informations publiées dans la presse algérienne, 634 personnes (dont 163 civils, 190 membres des forces de sécurité et 282 terroristes présumés) ont été tuées en Algérie dans le premier semestre 2003 dans des actes de violence impliquant des groupes armés ou les forces de sécurité. Pour 2002, les chiffres donnés par le Quai d'Orsay sont de 1562 personnes tuées, dont 633 civils, 278 membres des forfces de sécurité et 651 terroristes présumés; pour 2001, de 2238 tués, dont 769 civils, 381 membres des forces de sécurité et 1088 terroristes présumés; pour 2000, de 2920 tués, dont 1103 civils, 640 membres des forces de sécurité et 1177 terroristes présumés.

(Liberté 14.1.2002) Selon un bilan officiel établi par la wilaya de Blida, Plus de 3000 personnes y ont été victimes du terrorisme en dix ans (1981-1991), 187 équipements publics ont été détruits (essentiellement des écoles), 490 installations de voies de communication (ponts, gués etc...) endommagés ou rendus inutilisables, une soixantaine d'entreprises publiques ou privées détruites et 2000 logements saccagés. Le montant des dégâts de cette décennie de violence est estimé à plusieurs milliards de dinars.

En 1994, 142 enseignants, 350 syndicalistes (dont 22 dirigeants) et 84 hommes du culte musulman ont été assassinés.

 

De 1994 au 15 août 1996, 19 religieux chrétiens, dont 15 Français, ont été tués.

 

  • 52 imams ont été assassinés dans la seule année 1994, selon un décompte officiel.

 

De 1992 à la mi-1996, 149 magistrats et membres du personnel de la Justice ont été assassinés.

 

De mai 1993 à la mi-1996, une soixantaine de journalistes et plus d'une vingtaine d'employés et de cadres d'entreprises de presse ont été assassinés.

 

Du 1er octobre 1993 au 7 janvier 2001, 129 étrangers ont été assassinés (dont 41 Français et plus d'une dizaine d'Italiens)

 

Selon Abdennour Ali Yahia, président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme, la violence politique aurait fait en Algérie depuis 1992 entre 80'000 et 100'000 morts.

 


Les principaux attentats visant des personnalités politiques

29 juin 1992 Assassinat à Annaba du Chef de l'Etat,  Mohammed Boudiaf

 

14 mars 1993 Assassinat à Alger de Hafid Senhadri,  membre du Conseil consultatif national.  Plusieurs membres du CCN, puis du CNT  qui a pris sa suite) seront assassinés.

 

16 mars 1993 Assassinat dans les environs d'Alger de  Djilalli Lyabès, ancien ministre  de l'Enseignement supérieur.

 

21 août 1993 Assassinat à Alger de Kasdi Merbah, ancien Premier ministre et ex-chef de la Sécurité militaire.

 

février 1994 Assassinat de l'ex-maire (FIS) de Lakhdaria.

 

28 septembre 1995 Assassinat à Alger de l'ancien ministre de l'Intérieur, Aboubakr Belkaid.

 

4 novembre 1995 Assassinat à Alger de Embarek Mahiou, membre de la direction du Front des Forces Socialistes.

 

4 mai 1996 Assassinat dans la banlieue d'Alger de Mohammed Hardi, ancien ministre de l'Intérieur.

 

28 janvier 1997 Assassinat à Alger du Secrétaire général de l'UGTA, Abdelhak Benhamouda

 


Chronique de la violence

De 1991 à 1997

Les émeutes de 2001, 2002 et 2003 en Kabylie et ailleurs

1999
1er-2 janvier Une famille nomade d'éleveurs de bétail de 22 personnes a été massacrée  par un groupe armé à Oued el-Atchane, près d'El Bayadh.  Les corps de trois personnes enlevées à El-Hassania, dans la région d'Aïn Defla,  ont été retrouvés dans la même région.  
3 janvier Les forces de sécurité "combinées" (armée, police, milices) assiègent  une centaine d'islamistes armés dans la forêt de Tafrent, dans la région d'Aïn Defla.  Des hélicoptères de combat ont bombardé la forêt et une quarantaine d'islamistes armés  auraient été abattus.    
4 janvier Un soldat a été tué par de présumés islamistes armés dans le secteur de Koléa.  
5 janvier Trois personnes (dont un garde communal et un enfant de neuf ans) ont été tuées  à Oued El Abtal, dans la région de Mascara, lors d'une attaque attribuée à  un "groupe terroriste".  Un membre de la milice anti-islamiste locale de Kerdjan, dans la région de Sétif, a été tué.  
6 janvier Dix islamistes armés auraient été tués lors de la destruction de leur refuge  dans les monts d'El Kaddous, près de Tlemcen, par les forces de sécurité.   Trois présumés islamistes armés ont été abattus à Bou Messaoud,  près d'Aïn Defla, dans une embuscad tendue par la gendarmerie et les gardes communaux.   
Un présumé islamiste armé a été tué à Tazoult, près de Batna  par les forces de sécurité.  
6-7 janvier Cinq membres de la milice anti-islamiste locale ("patriotes) ont été tués  dans une embuscade tendue à Haouch Tourbi, dans la commune d'Ahmeur El Aïn,  près d'Oued Djer.  
 7 janvier Trois membres de la milice anti-islamiste (Groupe de légitime défense) de Medjdel,  dans la région de M'sila, ont été assassinés à la hache.  
7-8 janvier Un soldat a été tué dans un attentat à la bombe au passage d'une patrouille  militaire à Bordj Tahar, dans la région de Jijel. L'armée a ensuite déclenché  une opération de ratissage lors de laquelle au moins deux islamistes armés auraient été abattus. 
 8 janvier Trois personnes ont été assassinées à un "faux barrage"  tendu à Aomar, dans la région de Bouira.   
Dans la même région, un jeune soldat a été assassiné. 
 Trois personnes ont été assassinées à un "faux barrage"  dressé à Bouroumi, près de Mouzaïa, dans la région de Blida.  
9 janvier Trois personnes ont été tuées à un "faux barrage" tendu à Lakhdaria.    Un homme venant de terminer son service militaire a été abattu à Bechloul, près de Bouira.  Deux présumés islamistes armés ont été abattus à Chevalley (Alger).  Un policier a été abattu au marché Clauzel, à Alger. 
 Deux membres de la milice anti-islamiste locale ont été tués à Krakib,  dans la périphérie de Bouira, lors d'une embuscade tendue par un GIA.  
 10 janvier Neuf islamistes armés ont été abattus par les forces de sécurité dans deux  opérations distinctes, à Chlef (trois tués) et Chorfa, dans la région de Mascara (six tués).  Un garde communal a été tué dans un attentat à la bombe à Ouled Belfhodil,  près de Bouira. Quatre personnes ont été enlevées dans un douar voisin.  
 11-12 janvier Six personnes, toutes de la même famille, dont deux adolescentes, ont été massacrées  et mutilées par un groupe armé à Theniet Ben  Djellal, dans la commune de Ridane, près de Bouira.   13 janvier Un islamiste armé a été abattu à Constantine par les forces de sécurité.   14 janvier Le chef de la milice anti-islamiste locale ("patriotes") d'Aïn Beida a été abattu. 
 15 janvier Un attentat à la bombe a fait au moins un mort à Tiaret. 
 16 janvier Un membre de la milice anti-islamiste locale ("patriotes") de la région d'Aït Messaoud (Kabylie)  a été abattu près de Tizi Ghenif, dans la région de Tizi Ouzou, par un groupe armé-  Quatre bergers ont été assassinés au Douar Hamzat, dans la région d'Aïn Defla,  par un groupe armé.  
16-17 janvier Sept militaires ont été tués près de Tagtemp, à Tiaret, dans une embuscade  tendue par un groupe armé.   Deux personnes ont été assassinées à Bouaïche, près de Bouria,  après avoir été interceptée par un "faux barrage".   Un garde communal a été tué à Sendjas, près de Chlef, par un groupe armé,  lors d'une embuscade. 
 17 janvier De quatre à neuf militaires (selon les sources) ont été tués   dans une embuscade tendue par un groupe armé à un convoi de l'armée à Mazer,  près de Tigzirt entre Tizi Ouzou et Dellys.  Neuf islamistes armés ont été tués ensuitelors d'un accrochage.  
 17-18 janvier Deux jeunes hommes ont été abattus à Tazrout par un GIA de la région.   Quatre "patriotes" (membres de la milice anti-islamiste locale) ont été tués  lors d'un accrochage avec un groupe armé à Boufarik, dans la Mitidja.  
 18 janvier Deux gardes communaux ont été tués sur le col de Chréa, près de Beni Ali,  dans la région de Blida, après avoir été interceptés par un "faux barrage".  Deux militaires ont été tués dans un attentat à la bombe à Moussadek,  dans la région de Chlef.  
 18-19 janvier Deux membres de la milice anti-islamiste de Boufarik ont été égorgés.  
20 janvier Deux personnes (une viellle femme et une fillette) ont été tuées dans un attentat  à la bombe commis dans le cimetière de Sidi Bouadjena, à Moussadek, dans la région de Chlef.  21-22 janvier 4 membres de la milice anti-islamiste locale (GLD) et une personne de 62 ans ont été abattues  par un groupe armé à Sidi el Kebir, dans la région de Blida.   
22-23 janvier Deux jeunes gens voyageant à bord d'un taxi ont été assassinés  par un groupe armé qui avait dressé un "faux barrage" à Rodha, en Kabylie. 
 24 janvier De 3 à 19 islamistes armés, selon les sources, auraient été tués  dans une offensive de l'armée dans les monts de Mirzana et de Sidi Ali Bounab.   En outre,lLes forces de sécurité mènent depuis le 22 janvier une opération  contre un GIA retranché dans la forêt de Beni Amrane et une dizaine d'islamistes armés  auraient été tués.   
26 janvier Sept personnes (un chauffeur de taxi et ses six passagers) ont été égorgées  par un groupe armé à un "faux barrage" près de Lakhdaria    
 27 janvier Sept militaires ont été tués dans une embuscade entre Oued Essalem et Kenanda, près de Relizane.  27-29 janvier Deux islamistes armés auraient été tués à Bab Ezzouar, dans la banlieue d'Alger,  deux autres (dont une femme) à Ouled Yaïch, près de Blida, deux le 28 à Tadmaït (Kabylie)  et sept le 27 près de Kadiria, dans la région de Lakhdaria.  
 28 janvier Au moins un militaire été tué dans une embuscade tendue par plusieurs dizaine  d'islamistes armés à Beni Rached, près de Gouraya, dans la région de Tipaza. 
 Deux islamistes armés ont été tués dans l'affrontement.   
29 janvier Quinze islamistes armés auraient été abattus dans les maquis de Belefgaâ,  dans la région de Tiaret, trois à Mizrana (Kabylie) et deux à Dergana (Algérois).   29-30 janvier Cinq personnes (des enfants et des adolescents qui gardaient des moutons) ont été assassinées  à Bekhaitia, dans la région de Chlef) par un groupe armé.  
30 janvier Un paysan a été égorgé à Lektab, dans la commune d'Ouled Fares (région de Chlef).   Deux islamistes armés ont été abattus à Smiha, près de Dellys,  lors d'une embuscade tendue par des gardes communaux.  
31 janvier Deux présumés islamistes armés ont été abattus par des gardes communaux  près de Rahouia, dans la région de Tiaret.   Une quarantaine d'islamistes armés auraient été abattus dans la région de Bouira  à l'issue d'une vaste opération ayant duré une douzaine de jours  et s'étant terminée fin janvier, entre Draâ El Mizan, Lakhdaria et le sud-est  de la wilaya de Boumerdès.  
1er fevrier Quatorze personnes ont été massacrées  à El Merdja et six personnes  à Saharidj, deux localités de la commune de Sidi Abderrahmane, près de  Ténès, dans la région de Chlef, par un ou plusieurs groupes armés.  La plupart des victimes, de jeunes bergers dont une dizaine d'enfants et d'adolescents,  ont été égorgées. 
 Au moins trois femmes ont été enlevées par les auteurs des massacres.  
Une quarantaine de présumés islamistes armés auraient été abattus  dans la région de Bouira. 
Leur base aurait été prise d'assaut par  plus de 1400 soldats soutenus par de l'artillerie lourde et des hélicoptères d'attaque.   
Quatre présumés islamistes armés ont été abattus lors d'un accrochage  avec les forces de sécurité à Oued Slam, dans la région de Rélizane.   
1-2 fevrier Un policier à la retraite a été assassiné dans la banlieue d'Annaba.  6-7 fevrier Sept personnes ont été massacrées par des inconnus armés  à El Gheicha,  dans la région de Laghouat.   
 8 fevrier Un présumé islamiste armé a été abattu lors d'un accrochage  avec les forces de sécurité à Alaouache, près de M'chedallah.  
9 fevrier Un charnier a été découvert par les forces de sécurité  dans un puit désaffecté à Ouled Allel, dans la Mitidja. Le puit contiendrait des dizaines de corps.   12 fevrier Six islamistes armés auraient été abattus lors d'une l'opération de ratissage  contre le maquis de Sidi Ali Bounab, dans la région de Draâ El Mizan.  
13 fevrier Deux islamistes armés auraient été abattus à Lakhdaria, par une patrouille militaire.  
20 fevrier Un charnier contenant 70 corps aurait été découvert près d'Oued Allel,  dans la  banlieue d'Alger.  
 23 fevrier Un attentat à la bombe a fait au moins trois morts à Khemis Miliana.   Trois "terroristes" auraient été abattus par les forces de sécurité  à Aït Chelmoun, près de Tadjmaït (Kabylie).  
 25-26 fevrier Neuf personnes, toutes membres d'une même famille (dont quatre femmes et quatre enfants)   ont été massacrées par de présumés islamistes armés à Barbouche,  dans la région d'Aïn Defla.  Onze gardes communaux et un militaire ont été tués dans des actions  conduites par des groupes armés présumés islamistes à Drag, près de Médéa.  Une dizaine de villageois ont été elevés par les assaillants.    
 27 fevrier Deux présumés islamistes armés ont été abattus par l'armée  entre Bouhanifia et Sidi Bel Abbès, dans un ratissage de la forêt de Stamboul.  Un garde communal et un militaire ont été tués à Dellys. 
  1er mars Une personne (un sexagénaire) a été assassiné à Chlef  et un milicien anti-islamiste ("patriote") abattu à un "faux barrage"  près de Bouira.   2-3 mars Cinq jeunes gens ont été assassinés à Skikda.   Deux voyageurs ont été assassinés à Larbatache (Fondouk). 
 3 mars L'un des auteurs présumés de l'assassinat de Matoub Lounès, Mahjeddine Boudjenah,  qui serait l'"émir" du GIA de Hassan Hattab pour Tizi Ouzou,  a été abattu  par les forces de sécurité près de Oued Aïssi, dans la région de Tizi Ouzou.   
3-4 mars Sept personnes dont deux membres de la garde communale ont été massacrées  après avoir été interceptées par un "faux barrage"  à Sidi Rached, dans la région de Tipaza.   4 mars Trois bergers ont été assassinés dans les montagnes de Sidi Ameur.  
5 mars Trois islamistes armés ont été abattus dans la région de Chlef.  6 mars Six bergers ont été massacrés à Taougrite, dans la région de Chlef.   Les corps de quatre bergers ont été retrouvés près de l'Oued Taria,  dans la région de Saïda.  
 7 mars Seize militaires ont été tués dans une embuscade tendue par un GIA  entre Bordj Oukhriss et Souk El Ghozlane, près de Bouira, dans une zone d'implantation  du GIA de Hassan Hattab. Au moins un membre du GIA a été abattu dans l'affrontement.  Un homme a été égorgé à un "faux barrage" près de M'chedellah (Maillot)  
8 mars Un islamiste armé a été abattu lors d'une opération de ratissage  menée dans la région de Refafsa, près de Mascara. 
 8-9 mars Le directeur de l'administration et des finances de Constantine, L. Abdelwaheb,   a été abattu. 
 9 mars Un attentat à la bombe près d'une école a fait au moins trois morts, dont un enfant,  à Khemis Meliana, dans la région d'Aïn Defla.   Un islamiste armé a été abattu lors d'une opération de ratissage à El Ghanicha,  près de Bordj Menaïel.   Trois islamistes armés ont été abattus dans un ratissage mené près de  Moulay Slissen, dans la forêt d'El Mihrta, près de Sidi Bel Abbès. 
 10 mars 
(Le Matin 11.3) Deux militaires ont été tués dans le djebel Stamboul  et deux autres à Djabaïli, dans la région de Mascara.   Cinq bergers ou bûcherons ont été tués à Krachiche, près de Tiaret.   Deux islamistes armés ont été abattus à Alger par les services de sécurité, place Mauretania.  
 10-11 mars Un homme a été assassiné à Tebessa par un groupe armé.  Trois membres d'une même famille (un homme, son fils de 2 ans et sa fille de 10 mois)   ont été assassinés par un groupe armé, qui a enlevé la mère de famille, à Sidi Abdelkader, près d'El Khemis. 
 Quatre personnes ont été assassinées à un "faux barrage"  à Bouharoun, dans la région de Tipaza, après l'interception d'une ambulance,  dont les deux occupants ont été égorgés.  
 11 mars Un ancien garde communal a été égorgé à un "faux barrage"  entre Draâ El-Mizan et Isser, dans la région de Tizi Ouzou.   Un homme, membre du RCD, a été assassiné à Aomar, dans la région de Bouira.  Un islamiste armé a été abattu à Sidi Mabrouk par les forces de sécurité.  
12-13 mars Six personnes, dont trois enfants, ont été assassinées par un groupe armé  à Attatba, près d'El Affroun. Deux personnes ont été enlevées.  
14 mars Deux militaires et un membre de la milice anti-islamiste locale ("patriote"),  par ailleurs vice-président de l'APC (Conseil municipal) de Souk el Khemis,   ont été tués, et onze soldats et "patriotes" blessés  lors d'un accrochage avec un GIA près d'El Djeridat et Aïn Bessam, dans la région de Bouira. 
 Un membre du GIA a été tué dans l'accrochage. 
Selon "Le Matin",  il s'agirait de l'"émir" régional" du GIA, Mohammed Yarari.  Trois islamistes armés auraient été abattus à Annaba, et trois autres à Médéa. 
 15 mars Six personnes ont été égorgées et mutilées, puis brûlées,  et une jeune fille de 16 ans enlevée, lors de l'attaque par un GIA du village de Sidi El-Kebir,  près de Blida. 
Selon des habitants, les victimes étaient toutes membres de familles de miliciens anti-islamistes ("patriotes").  16 mars Un homme a été assassiné par balles à El Mkadid, près d'Aomar.  
 16-17 mars Deux jeunes ont été assassinés après avoir été enlevés,  à Didouche Mourad, dans la région de Constantine, par un groupe armé.   
18 mars Dix personnes, dont un adolescent, un policier et un garde communal, ont été massacrées  à Mouilah, près d'El Khemis,dans la région d'Aïn Defla, lors de l'interception  de trois taxis par un "faux barrage". Deux femmes ont été enlevées.  
  Deux membres d'un GIA ont été abattus pat les forces de sécurité  dans la forêt de Bouksir lors d'un ratissage.  
18-19 mars Dix personnes ont été massacrées #224; un faux barrage à Bordj Bir Khaled, dans la région  d'Aïn Defla, par un groupe armé, et deux femmes ont été enlevées. Selon des habitants de Aïn Défla, au moins deux membres des forces de sécurité figurent parmi les victimes.   
19 mars Une personne a été assassinée à un "faux barrage"  à la sortie de Lakhdaria, dans la région de Bouira. 
 20 mars Deux militaires ont été tués dans l'explosion d'une bombe au passage d'un convoi  militaire près  d'El Aouana, dans la wilaya de Jijel.  
 Quatre agriculteurs ont été égorgés à un �faux barrage�  sur la route entre Frenda et Takhemert, dans la région de Tiaret  
 20-21 mars Trois commerçants ont été tués à un "faux barrage"  sur une route nationale, à Ain Mâabed, près de Djelfa.  Trois islamistes armés ont été tués dans une embuscade des forces de écurité  à Attatba, près de Tipaza.    
Un islamiste armé a été abattu à Bou Ismail (ex-Castiglione). 
 Quatre islamistes armés ont été tués par  l'armée dans les monts d'El-Aouana, près de Jijel.   21 mars Un islamiste armé a été tué à Adni, près de Tizi-ouzou,  alors qu'il s'apprêtait à commmettre un attentat.  
19-22 mars Des troupes d'élite de l'armée algérienne ont abattu 46 islamistes armés  dans une opération de ratissage déclenchée dans la région de Bouira  à la suite du meurtre de 17 soldats, tombés dans une embuscade au début du mois.  
  22 mars Huit islamistes armés ont été tués dans les monts deTimezrit, près de Bordj-Ménaiel.  Ils auraient fait partie du GIA de Hassan Hattab.   23-24 mars Neuf personnes membres de deux familles (dont une mère et ses deux enfants de 2 et 3 ans)  ont été assassinées dans le village de Bouamrous, près de Blida. 
 Deux jeunes femmes ont été enlevées.   
 24 mars Deux personnes, dont un sous-officier de marine, ont été assassinées  à un "faux barrage" entre Tagdemt et Tiaret. 
 25 mars Quatre personnes ont été tuées à Chabet Lahdar, près de Tiaret,  dans une embuscade tendue par un groupe armé à un convoi de véhicules  privés transportant des personnes se rendant à un marché aux bestiaux.  
25-27 mars 18 islamistes armés auraient été abattus par les forces de sécurité  dans une opération de ratissage en cours depuis trois semaines dans la région de Bouira, entre Bordj-Khriss et Sour el Ghozlane.  
 12 islamistes armés auraient été abattus dans les régions de Thénia  et Timezrit, près de Boumerdès.  
 28 mars Deux des principaux lieutenants de Hassan Hattab, chef du "Groupe salafiste pour la prédication  et le combat",  auraient été abattus par les force de sécurité  dans un accrochage dans la forêt de Magtaâ Kheira, dans la région de Tipaza. 
 Les deux responsables islamistes abattus seraient Mourad Haddad, alias Khalid, et un certain "Salim".  
 Au moins trois islamistes armés auraient été abattus dans le massif de Tazerout,  près de Draâ El Mizan, où sévit le GIA de Saïd Mekkaoui. 
  29 mars Un attentat à la bombe a fait un mort (un enfant) dans un cimetière d'El Hsasna, dans la région de Saïda.  
 30-31 mars Trois voyageurs ont été assassinés à un "faux barrage" entre Hatatba et Sidi Rached,  dans la région de Tipaza.  Les forces de sécurité (armée, police et milice anti-islamiste locale)  ont déclenché une opération contre le GIA responsable de l'embuscade.  
 Douze  islamistes armés, deux militaires et un milicien  auraient trouvé la mort  dans des affrontements  à Sidi M'hammed Ben Aïch, près du "Tombeau de la Chrétienne".  
31 mars Un policier a été tué par un GIA après que l'autobus qui les transportait  ait été arrêté à Cheikh Elaft, dans la région de Bouira.  
Un islamiste armé a été tué à El Attaf, dans la région d'Aïn Defla.  
 2-3 avril Deux islamistes armés auraient été abattus près d'Afir, dans la  périphérie de Dellys, lors d'une embuscade tendue par l'armée.  Un troisième islamiste armé aurait été abattu à Khemis el Kechna.  
3-4 avril De sept à quinze (selon les sources) militaires  ont été tués  dans une embuscade tendue par un GIA dans le hameau de Melaha, près de Blida.  Les renforts militaires appelés à la rescousse après l'embuscade  auraient abattu de sept à dix-sept (selon les sources) islamistes armés.  
4 avril Un islamiste armé a été abattu lors d'un accrochage à Aït Mansour,  dans la région de Bouira, entre de présumés membres du GIA de Hassan Hattab et un groupe de miliciens ("patriotes".    Huit islamistes armés auraient été tués dans les  derniers jours  dans une importante opération de ratissage engagée dans la région de Tebessa. 
 Trois bergers ont été égorgés dans la région de Sidi bel Abbès. 
  Une patrouille militaire a abattu un islamiste armé à Aït Romana, près de Blida. 
 19 islamistes armés ont été tués lors d'une opération  de l'armée sur les monts de Hamman Melouane, dans la région de Blida.  Parmi les islamistes tués figure, selon les services de sécurité,  Abdelkader Rahmouni (Abou Souraka), bras droit d'Antar Zouabri. 
 7 avril Un enseignant à l'Université de Bejaïa, Sadi Djaâtri, a été  assassiné dans l'enceinte de l'Université. 
  9 avril Un islamiste armé a été abattu dans un ratissage opété  par les forces de sécurité près d'Ighil Azougagh, dans la région de Drâ Ben Khedda.  
 9-10 avril Quatre militaires ont été abattus dans une embuscade tendue par un groupe armé  dans une forêt près de Chlef. 
 10 avril Deux jeunes hommes ont été assassinés par un groupe armé à Constantine,  dans le quartier de Ben Tellis. 
Les deux victimes venaient d'achever leur service militaire.  Un militaire et un policier ont été blessés dans des embuscades  tendues par des groupes armés à Kadiria et Draa-El Mizan. 
 11 avril Un homme a été assassiné à Boghni, dans la région de Tizi Ouzou.  
12 avril Deux islamistes armés ont été abattus à Ouled Yaïch près de Blida  par les forces de sécurité alors qu'ils s'apprêtaient à commettre un attentat.  
12-13 avril De dix à treize personnes, selon les sources, ont été assassinées  à un "faux barrage" tendu à Guergour, près de Zelamta,dans la région de Mascara. 
Le groupe armé auteur de l'embuscade a également enlevé quatre ou cinq personnes.  
 14-15 avril Deux personnes (un couple d'octogénaires) ont été assassinées  à Titi-Oucheikh, dans la région d'Aïn Defla. 
 15 avril Quatre personnes ont été tuées dans un attentat à la bombe  à Taouerga, au passage d'un véhicule transportant des gendarmes et des civils allant voter à l'élection présidentielle.   
Un présumé islamiste armé a été abattu par les forces de sécurité  près de Mascara. 
 16 avril Un attentat à la bombe a tué une personne à Hizer, près de Bouira.  16-17 avril Trois présumés islamistes armés ont été abattus par les forces de sécurité  à Tipaza. 
 
(El Watan 21.4) Un homme a été assassiné à Tenina par de présumés islamistes armés le 17 avril.
  18 avril 14 membres du GIA d'Antar Zouabri auraient été tués dans une opération  des forces de sécurité contre l'une de ses bases dans les monts de Timixi, près de Saïda.  
18-19 avril Cinq personnes ont été égorgées à Ouled Brahim, dans la région  de Médéa, par un groupe armé de vingt à trente personnes.  Cinq membres du groupe armé et un soldat ont été tués dans la fusillade qui a suivi l'attaque,  puis l'intervention des forces de sécurité.  
 19 avril Quatre présumés islamistes armés auraient été tués  dans la région de Sfisef, près de Sidi Belabès, dans une opération des forces de sécurité.  Quatre membres du GIA "Katibat El Tabat" ont été abattus dans la forêt  d'Aïn Aden (région de Sidi Bel Abbès), lors d'une opération de ratissage.  
Un militant du RCD, membre de la milice anti-islamiste (GLD) d'Iboudrarène a été  assassiné lors d'un "faux barrage" à Takhoukht (Kabylie.)  Un garde communal a été assassiné à Kerkra, près de Skikda. 
 L'accrochage qui a suivi a fait deux morts (un présumé islamiste armé et un civil.  
21 avril Deux gardes communaux ont été blessées dans un attentat à la bombe  commis à Sidi Youssef, près de Saïda.  22 avril Cinq éleveurs de Sidi Naâmane, dans la région d'Aïn Defla, ont été  massacrés à la hache et décapités.  
23 avril Cinq bergers, dont un enfant de dix ans et un adolescent de quatorze ans, ont été égorgés  et mutilés par un groupe armé à Aïn Lechiakh.   
25 avril Deux présumés islamistes armés ont été abattus à Alger,  près de la mosquée Errahma, dans un bref affrontement avec les forces de sécurité.  
26 avril Deux personnes (une septuagénaire et une enfant de six ans) ont été assassinées  à Aïn Benian, dans la région de Khemis Miliana.    Un soldat a été tué et un autre blessé dans l'explosion d'une mine  dans le maquis de Maâmoura, dans la région de Saïda.   
 Un garde communal a été tué dans un accrochage avec un groupe armé à Ouled Saber, près de Dellys. 
  Quatre membres d'une même famille  -le père, la mère, le fils et une parente-  ont été égorgés par un groupe armé à Tazgich (ou Tizrich), près de Tiaret.  
Deux personnes ont été tuées dans l'explosion d'une bombe artisanale  sur la route près de Laouidja, dans la région de Laghouat  Un  garde communal a été assassiné à Afir, dans la région de Boumerdès. 
 26-27 avril Cinq personnes ont été assassinées à Tizrich, dans la région de Ksar Chellala,  par un groupe armé.    27 avril Deux islamistes armés ont été tués dans le massif du Fergoug, près de Relizane.  Un attentat à la bombe à fait un mort à El Aouidja, près d'Aflou, dans la région de Laghouat.  
 28 avril Cinq islamistes armés ont été abattus dans la région de Ksar Chellala  Un islamiste armé a été abattu lors d'un ratissage opéré  par les forces de sécurité près de Hessasna, dans la région de Saïda,  et un autre à Aflou, dans la réfion de Laghouat.   
1-2 mai Neuf personnes (six enfants, deux hommes et une femme) membres de familles de bergers,  ont été massacrées et quatre femmes, dont deux jeunes filles de 14 et 16 ans,  ont été enlevées par un GIA au douar Ghasmi dans la  région de Tiaret.   
2 mai Cinq militaires et deux gardes communaux ont été tués dans une embuscade  tendue par un GIA probablement affilié aux GIA de Hassan Hattab à El Ansar  près de Tadmait, dans la région de Tizi Ouzou.  
 8 mai Cinq islamistes armés auraient été abattus lors d'une importante opération  des forces de sécurité contre les maquis islamistes de Sidi Ali Bounab, tenus par le  "Groupe salafiste pour la prédication et le combat" de Hassan Hattab.  
 9 mai Trois militaires ont été tués et un grièvement blessé dans un attentat  à la bombe au passage de leur véhicule à Texenna, près de Jijel.  12 présumés islamistes armés auraient été abattus lors d'une importante  opération des forces de sécurité dans le massif de Sidi Ali Bounab,  qui surplombe Tadmaït (Kabylie).  
11 mai Un charnier aurait été découvert par les forces de sécurité  à Haouch Volloni (Fallony), près de Larbâa.  
Une cinquantaine de corps y seraient enterrés.  Une fosse commune a en outre été découverte près de Sidi Djilali, dans la région de Tlemcen,  comprenant les corps d'au moins cinq femmes, probablement enlevées dans le village de Khelil en juillet 1998.  
Une opération de ratissage menée dans la région a enfin permis de découvrir  un cimetière où étaient inhumés des corps de présumés islamistes armés,  probablement abattus lors d'une opération des forces de sécurité en qoût 1998.   
Trois corps en état de décomposition avancée ont été retrouvée  dans une ferme à Tlayhia, dans la banlieue sud-ouest d'Alger des Eucalyptus. 
 13 mai Deux présumés islamistes armés ont été abattus à Asseblou,  près de Texenna, dans la région de Jijel.  13-14 mai L'"émir" du GIA "Katiba Thabat", Temimi Mokhtar, a été abattu  par les forces de sécurité et plusieurs de ses hommes blessés dans la région de Stamboul,  lors d'une embuscade tendue par l'armée.  
15 mai Cinq militaires ont été tués dans un attentat à la bombe au passage de leur véhicule  entre OUled Taffer et Hamza près de Jijel.  Deux membres de la milice anti-islamiste locale de Lahdjedjena, près d'Aïn El Biya,  ont été assassinés par un GIA.    
16-19 mai Sept islamistes armés auraient été abattus lors d'une opération des forces de sécurité  dans le secteur d'Iferhounène (Kabylie) et quatre autres tués, d'un ratissage  aux abords de la forêt de Belefgâa, dans la région de Tiaret. 
 Huit "terroristes" ont été abattus lors du ratissage de la région du col de Tirourda,  dans le Djurdjura, par les forces de sécurité.  
17 mai Deux jeunes hommes ont été grièvement blessés dans un attentat à la bombe  à Oued Zéboudj, près d'Aïn Defla.  18-19 mai Sept personnes, dont six enfants, ont été massacrées par de présumés  islamistes armés à Béni Souka (Bekkar), dans la région de Médéa.  
Trois jeunes filles, dont la plus jeune a 12 ans, ont été enlevées.  
 Les corps de deux présumés islamistes armés ont été retrouvés à Djrah,  dans la région de Bouzegza.  
19 mai Une personne aurait été tuée, et une vingtaine blessées dans un attentat  à la bombe commis devant un cinéma de Bab-el-Oued.  Les corps décapités de 18 personnes (dont des femmes et des enfants) ont été  découverts à Chbika, près de Djelfa, dans une fosse commune. 
Il pourrait s'agir des victimes d'un massacre perpétré en 1998, lors d'un mariage.  
 Deux paysans ont été assassinés, puis décapités, par de présumés  islamistes armés près de la forêt de Toumiat, dans la région de Sidi Bel Abbes.  
21-22 mai Dix personnes ont été tuées lors de l'attaque par un GIA d'une vingtaine de membres  d'un hameau proche du douar d'Aïn Mouleb, près de Si Mahdjoub, dans la région de Médéa.   
23-24 mai Quatre personnes, membres de deux familles, ont été égorgées, mutilées  et décapitées à Fedj Moussa, près de Skikda.   24-25 mai Une "incursion terroriste" a fait sept morts (trois habitants et quatre  assaillants)  dans le hameau de Rouaissia, près de Berrouaghia, dans la région de Médéa.    
25 mai Un berger a été égorgé, ses trois fils enlevés et son troupeau volé  par un GIA retranché dans une forêt de la région de Médéa.  Un attentat à la la bombe a fait, selon les sources, de un à trois morts à Alger,  près du Commissariat central.  
 L'explosion de deux bombes artisanales placées sur une route menant de Hassasna à Aïn Lahdjar,  dans la région de Saïda, a fait un mort (civil).  
Un présumé "terroriste" a été abattu à El-Khemis,  dans la région d'Aïn Defla.  
Un attentat à la bombe a fait un mort (un adolescent) sur la plage Kouâli, à Tipaza.  
Deux hommes ont été assassinés près du douar Esserhane, dans la région de Tipaza,  lors de l'interception de leur véhicule par un "faux barrage".  
19 islamistes armés, dont plusieurs "émirs", ont été abattus  lors de deux grandes opérations menées par l'armée dans les régions de Biskra et de Batna.   
27 mai L'"émir" d'un GIA de la région de Thénia, Rachid Boutiche,  alias Abou Houdheifa, a été abattu, ainsi que l'un de ses lieutenants,  par les forces de sécurité lors d'une opération contre le maquis islamiste de Mahrène.   
29 mai Une adolescente a été abattue par un policier à la Bridja, près de Staouéli.  
 30 mai Un attentat au colis piégé a fait au moins un mort à Bouzareah,  dans la périphérie d'Alger.   Six membres d'une milice anti-islamiste locale (groupe d'autodéfense) ont été tués  dans une embuscade tendue par de présumés islamistes armés à Had Sahari,  près d'Aïn Oussera, dans la région de Djelfa. 
 31 mai Les corps de 7 présumés "terroristes" ont été retrouvés  par les forces de sécurité après une opération de ratissage  menée dans les monts de Ouastili, dans la région de Batna, opération dont le bilan  total se monterait à 24 ou 25 islamistes armés abattus (aucun bilan des pertes  dans les rangs des forces de sécurité n'est disponible).  
 Neuf membres d'un GIA auraient été abattus dans une opération de ratissage  menée par les forces de sécurité depuis la mi-mai à Sidi Selhane,  près de Bouinan, dans la région de Blida.  
 Une personne a été tuée dans un attentat à la bombe à Dir El-Hessien,  près de Boualem.   
1er juin Deux présumés islamistes armés ont été abattus le par l'armée  dans le Djebel Ouastili, près de Batna, lors d'une opération de ratissage.   
2 juin Trois femmes ont été assassinées par balles à Lâalam,  près de Béjaïa, par un groupe armé qui a aussi kidnappé un jeune homme.  
Deux femmes ont été assassinées et un vieillard enlevé à Iamaren,  dans la région de Bejaïa, aux limites de la wilaya de Sétif, par un groupe armé   Deux paysans sexagénaires ont été assassinés à Béni Amrane,  près de Miliana, par un groupe armé   Un garde communal et un civil ont été tués dans la région de Chlef.  
 Un présumé islamiste armé a été abattu près de Hassi el Ghella,  dans la région d'Aïn Temouchent.  3 juin Deux hommes ont été assassinés à Kosni, près de Nadora, dans la région de Tiaret  
4 juin Un officier de l'armée à la retraite a été assassiné  à Aïn Beïda, dans la région d'Oum el Bouaghi.  
4-5 juin 22 personnes (19 selon les services de sécurité), dont quatre femmes,  sept enfants et un bébé, toutes de la même famille (Hadj Mokhtar),  ont été massacrées et un jeune homme enlevé à Sidi Ahmed Drouni,  près de Bou Hanifia, dans la région de Mascara, fief des GIA de l'ouest.   
6 juin Cinq personnes, dont deux "patriotes" (membres de la milice antiislamiste locale)  ont été tuées à un "faux barrage" près de Birtouta.  
8-9 juin Trois islamistes armés, dont l'"émir" Adda Mohammed, alias "Nouh",  chef d'un GIA de Tiaret, ont été abattus lors d'une opération de l'armée à Aouket Rahab, dans la région de Tiaret.   
 Sept islamistes armés ont été abattus lors d'une opération de ratissage  déclenchée par l'armée à Ouastili dans la région de Batna,  contre le GIA de l'"émir" Sahraoui, qui aurait perdu 34 membres depuis lée début du ratissage. 
  9 juin Un homme a été assassiné à Constantine par de présumés islamistes armés.  10-11 juin Au moins 14 personnes ont été massacrées et deux jeunes filles enlevées  à Sidi Naâmane, dans la région de Médéa. 
Toutes les victimes faisaient partie de la même famille. 
 16 juin Quatre militaires auraient été tués dans un attentat à la bombe  près de Keddara, dans la région de Boumerdès,   et trois membres du groupe armé responsable de l'attentat, dont l'"émir" Chaouch Omar,  alias Abou Khaled, adjoint de "Dichou", émir des GIA de Hassan Hattab,  auraient ensuite été abattus par les forces de sécurité.  
 17 juin Deux présumés "terroristes" ont été abattus par les forces de sécurité  à Kouba.  
18-19 juin Un présumé islamiste armé a été tué près de Damous,  dans la région de Tipaza, par les forces de sécurité.  
19 juin Quatre membres de la garde communale ont été tués à Ighzer Oumezian, près de M'chedallah,  dans l'explosion d'une bombe artisanale à leur passage. 
 20 juin Deux personnes (une personne âgée et le chauffeur du véhicule) ont été tuées  dans une embuscade tendue à leur véhicule à Aït Saâdallah, entre Tiama et Erraguène. 
 21-22 juin Un jeune homme a été assassiné à Mechta Safia Ezzergua, près de Guelma,  par de présumés islamistes armés, vraisemblablement pour le "punir" d'avoir fait son service militaire. 
 23 juin Un islamiste armé a été abattu à la suite d'une embuscade tendue par un GIA près de Sfisef.  
24 juin Lors d'une opération de ratissage déclenchée par les forces de sécurité  dans la région de Tlemcen, l'"émir" de la katibat El-Khadra (GIA-Zouabri), Sebdou,  aurait été abattu à Tafsra, près de Beni Snous.  
 Trois personnes ont été tuées à Constantine par de présumés islamistes armés.  
 L'"émir" d'un GIA de Sfisef, actif entre Bouhanifia, Sfisef et Sidi Bel-Abbès,  Mohammed Sarno, a été abattu par les forces de sécurité dans une opération de ratissage. 
 24-25 juin Un civil armé, vraisemblablement un milicien anti-islamiste ("patriote")  a été assassiné à Tiguemounine, près de Tizi Ouzou.  
 25 juin Un "patriote" (milicien anti-islamiste) a été abattu à Tiguemoumine (Kabylie) par un groupe armé.  
26 juin Le cadavre d'un homme mutilé a été retrouvé près d'Aïn Bessem. 
 27 juin Un soldat a été tué dans une embuscade tendue près d'El Aouana par un GIA,  qui a également eu un tué dans ses rangs, et serait dirigé par l'"émir" Makhlouf, un ancien gendarme. 
 Un policier a été assassiné à Tala Athmane, dans la région de Tizi Ouzou,  par un groupe armé présumé islamiste qui rackettait les consommateurs d'un café  
30 juin-1er juillet Trois présumés islamistes armés, dont un émir local, ont été abattus dans la forêt de Belefgâa,  dans la région de Tiaret.   
1er juillet Un civil a été tué par un groupe armé près d'Annaba.  Selon des habitants du quartier, une centaine de jeunes élèves de l'Académie militaire  de Cherchell, armés de gourdins et de couteaux ont attaqué un quartier de la ville,  
blessant des habitants, dont au moins deux jeunes filles, et saccageant des magasins et des habitations   
3 juillet Un attentat à la bombe a fait au moins trois morts (dont deux fillettes,  sur une plage d'Aïn Tagouraït, près d'Attatba.   Un paysan a été tué dans l'explosion d'une bombe placée dans son champ  à Djebahia, près de Bouira.  
Deux islamistes armés, l'un membre de l'AIS et l'autre d'un GIA, ont été tués  dans un affrontement entre AIS et GIA dans la forêt de Fergoug, près de Mascara.  
4 juillet De quatre à six militaires ont été tués dans une embuscade tendue  à Tifraouane, près d'El Aouana, dans la région de Jijel, par un GIA.   
 Un homme a été enlevé, torturé puis assassiné le 4 juillet entre  Aïn Barbar et Chetaïbi, dans la région d'Annaba. 
  Dans la même région et à peu près à la même date,  un "terroriste" a été abattu à Chabbia, un jeune ayant récemment  fait son service national a été assassiné à Aïn Berda  et deux hommes égorgés à Chahoui, dans la région d'El Tarf. 
 5 juillet Quatre présumés islamistes armés qui avaient tenté une incursion  dans le hameau d'Azaza, près de Tebessa, ont été abattus par les forces  de sécurité.   
 8 juillet Deux membres des forces de sécurité ont été abattus à Dellys  par trois membres présumés d'un groupe armé.   Un garde communal a été tué dans un accrochage avec un GIA à Ouled Aïssa. 
 8-9 juillet Deux "terroristes" ont été abattus par les forces de sécurité  près de Zaouïa, dans la région de Dellys.  
9-10 juillet Un homme a été assassiné à Zentout, près de Souk el Tenine,  dans la région de Béjaïa, par un groupe armé.  
11 juillet Un islamiste armé "repenti" qui s'était rendu aux autorités en 1995  et avait bénéficié de la loi de "rahma" (clémence)  a été assassiné par balles à Relizane.  
Un "patriote" (membre de la milice anti-islamiste locale) a été tué  dans une embuscade tendue par un groupe armé à Sidi Djilali, près de Tlemcen.   
11-12 juillet Au moins quatre islamistes armés, membres du "Groupe salafiste pour la prédication  et le combat" de "Dichou", ont été abattus lors d'opérations  de ratissages entamées après une tentative d'attaque par un GIA d'un village  de la région d'Oued el Khal. 
 13 juillet Un présumé islamiste armé a été abattu à Sidi Djilali,  dans la région de Tlemcen. 
 13-14 juillet Deux personnes ont été tuées dans l'explosion de deux bombes dans la région de Larbâa.   Un "patriote" (membre de la milice anti-islamiste locale) a été tué  près de Sidi Djilani, dans la region de Tlemcen. 
 Une opération de ratissage menée par l'armée et les "GLD"  (milices anti-islamistes locales) dans les monts de Guerrouche (résion de Jijel)  a été marquée par un accrochage faisant deux morts (un soldat et un milicien).   
14 juillet Deux islamistes armés présumés ont été abattus à Sidi Naâmane,  dans la région de Tizi Ouzou, près du village de Bordj Sebaou.   19 juillet Un officier de police a été assassiné à Tizi Ouzou  
19-20 juillet Neuf personnes ont été assassinées à Sidi Rabie, près de Médéa.  
26 juillet Cinq personnes ont été tuées dans deux attentats imputés aux islamistes armés, à Djelfa et Bouira.   
30 juillet Sept membres de la milice anti-islamiste locale (GLD) ont été tués  dans un attentat à la bombe à El-Mlihia, dans la région de Djelfa.  Un policier a été tué dans l'attaque d'un commissariat à Boghni, dans la région de Tizi Ouzou.  
1er aout Au moins dix militaires ont été tués (quatorze selon certaines "sources)  dans un attentat à la bombe au passage d'un véhicule militaire entre Batna et Aïn Touta. 
 Un jeune homme venant d'accomplir son service militaire a été égorgé  le 1er août à El Milia par un groupe armé. 
  2 aout Trois enfants de quatre à six ans ont été tués au Douar Banetou, près de Mascara,  lors de l'explosion d'un obus de 60 mm datant de la Guerre d'Algérie.   
2-3 aout Une personne a été assassinée à Bouguirat, entre Abou el Hassen et Ghebal,  dans la région de Chlef, par un groupe armé non identifié.  
3 aout Un membre de la milice anti-islamiste locale (GLD) de Taourirt, près d'Aït Mansour,  dans la région de Bouira, a été abattu par un groupe armé. 
 Deux gendarmes ont été enlevés et égorgés à Tidjelabine,  près de Thénia, dans la région de Boumerdès.    
  
  
3-4 aout Onze présumés islamistes armés auraient été abattus par les unités de l'armée dans une opération menée sur les monts de Ousatili, dans la région de Bat